La poésie c'est quand les mots vont plus vite et plus juste que moi

                                                                     *****

Le froid, des cheveux aux orteils,

Ne cesse de rire de mes peaux.

Il les conserve, par hasard.

Elles savent donc toujours attendre l’aube,

Se hérissent sur mes yeux sans faille,

Mes « je » à failles .

 

Je ris froid en ce matin trop jeune et

Me grille le lendemain avec application.

Quel obscur confort me jette aux mots-ires

Aux moi-s-ires de nuit, hasards menus des bois…

 

Des gouttes de matin trouent la nuit suante

Le soleil se cache sous de petites mers d’ombres

 

Je marche dans l’herbe mouillée

A genoux hurlés pour pouvoir

La vrille solaire au coeur du visage

 

Un oiseau parle

 

Pages de temps blanc

 

Pages de temps blanc

 

Le ciel fronce du pourpre de couchant

Jusqu’à la rage caduque des étoiles

                                                                        *****

D'un revers de bleu

Le matin efface les étoiles 

Les yeux brûlés se saoulent 

De tous ces éclats en partance .

Quelques frissons d’aube plus tard

On ne les voit plus. 

                                                                           *****

Le ciel épluche lentement ses pelures grises et humides

Jusqu'au palimpseste de lumières voilant les squelettes des étoiles 

Furieusement endormies

Le respir se dépêche ample avant midi 

Pour esquiver  la chaleur

Qui noierait les fêlures familières

 

Demain il se contractera

Avant que le froid n'épluche les mêmes, 

Déjà si bien écorchées

                                                                         *****

Mon bébé,

(Par une virgule protégé)

Dois-je t'emmener dans mes eaux sombres

Sans certitude aucune,

T'ouvrir les mondes des seuils et autres radicales perditions ,

Ou essayer l'espoir hypocrite ,

Le mensonge entendu ?

Je ne m'entends plus et les lettres chuchotées s’oublient sans chemin

Je regarde souvent, dans les douves du jour,

S'amonceler citrons, persil ,fraises et myrtilles .

La force du temps tient à la perte continue des rêves et l’irrationnel espoir de les ressusciter 

Et si j'échoue sans cesse en éclats vieux et cauchemars antiques, 

La beauté veille, là, au coin d’un réveil.

                                                                       *****

Le hoquet bleu naissant du ciel se complique de trois nuages, 

habite la lucarne dans le silence d'avant les oiseaux , 

repose les prunelles des rudesses assourdissants et salées . 

 

Je m'endors souvent quand le soleil commence à mordre la nuit . 

                                                                     *****

Sur le dos du vert endormi

le sureau pleut le blanc de ses ombelles

en épaules diaphanes, 

ailes flottantes au ciel pas encore allumé 

                                                                                   *****

Il faudrait que j'aime mes mains 

Qui voudraient tellement diriger et qui se figent

Dès que le chemin se fraie, se pense, s'oublie, et finit par se taire.

Le vrai de mes mains dans la terre qui marche si bien sans moi.

Je ne sais la dompter, je ne peux qu'attenter un peu à ses virages

  

                                                                            *****

La bible numérique et ses relents de pomme entamée

Le doigt en l'air juste avant de s'abattre sur le clavier servile 

Loin derrière les sagesses élégantes d'Aristote et Raphaël

D'une question je serai toujours l'esclave

Comment? Ou alors pourquoi ?commet-on  l'aujourd'hui si pusillanime ? si veule ? si sale ? Le mot court se barricade contre l'humain au groin maladroit 

Au ricanement pauvre , à la besace ringarde, à la violence assumée,

A l'abandon salutaire oublié

et à la cloche qui ne sauve plus .

                                                                              *****

Le vent sabre le silence,

Etrangle le brame  du ciel aux chevilles du matin bouffon 

La lumière joue des coudes dans la désolation des bruines prosaïques

Tout autour , des oiseaux qui oublient le gris en vertu bancale du devoir génétique 

Je brave le rictus désolé du non sens et je grince dedans tout en velours de roses débauches d'avant le bleu sali , ringard et prétentieux 

Le jour se lève sale et lourd de pépiements déraillés 

Dépoussière ses tabliers fatigués

Et rame et traîne ses ternes heures à l'aveugle et au sourd établi de ses bricolages fictifs

Au terme de la nuit, il sabote la grâce, piétine les airs , détresse les silences fragiles et esssentiels 

A la lisière des matins mangeurs de sommeil je ris si lourd que la mâchoire sue de douleur 

Je te tourne le dos, jour d'oiseaux 

Même si, le giron de la nuit, je le sais hostile 

Que faire encore de ce jeu de jour qui s'annonce aussi vide que ce hier où je suis encore engluée ? 

                                                                             *****

Je consigne chaque coup du noir inévitable

Sourd à la nuit non-née

Chaque couche abattue avec la haine du repos ,

Du coin de l'œil je guette quand le bleu va exploser la quiétude de la fenêtre  

 

Couperin peut-être aidera 

Les barricades à céder un brin à la vie

                                                                           *****

Le temps modelé par ces raisons autres

Que l' innocence avare de mots

Le cerveau avachi en fortunes tempêtées, pendues aux tempes élastiques de la mémoire 

Je trie nouvelles et poubelles habitant sans armistices jours et nuits de troubles errances, 

Temps dociles acquiesçants à leurs torts inhérents 

Un peu avant le soleil visitant les brancards du levant

Le froid douloureux jusqu'aux dents

 

                                                                                 *****

 

 

Chercher dans les méandres dorés 

L'insoluble erreur de sens

Le bleu guérisseur de hoquet et autres excavations sereines

Une paire de baskets à la mode

Et l'enfant innocent qui succombe au désir homérique du déjeuner parfait

Je hoquette comme une poule affolée et ne sait pas comment m'arrêter de non-rire 

Le vie censée être drôle 

Se casse par courbe de chauffe inadéquate 

Le grand muscle du rire en panne

Ne reste plus que l'horreur salée du matin mi-né 

Du temps retors sans excuse quantique

Ni autre vers laborieux 

Parole saoulante de baroqueux germain que je noierais bien au fond d'une extase vénitienne ou autre velours saint-germinois si beau dans son émotion contenue

Il y a, cette fin de nuit, un hoquet interminable comme un doute sanglant de ne pas savoir offrir le matin aux aimés...

Aux abords du sommeil famélique, 

L’ossature des rêves gagnée aux silences arc-boutés entre mal et pis.

Les oiseaux à peine éveillés ne savent pas combler le vide continu, ne rigolent pas avec la vie , simple question dissoute sans mots ni langue fournie.

 

La peau désabusée cloche sans retours et je vous aime toujours autant 

                                                                              *****

La couche de mots entre Narcisse et  vérité est un peu plus ténue 

Quand la lune tout haut désigne son chemin aux lumières volées

Là bas , hors d'yeux avides, les lois secrètes se délient enfin 

Ci bas, on loue la grâce qui parfois ouvre sa bure et on perçoit l'épiphanie fugace, sitôt par pudeur revoilée  

La lumière hors d’atteinte

 

Il est donc là , le soupir capital 

                                                                              *****

Je remercie Dieu 

(Même si je sens que ses bras sont trop larges pour qu'il m'embrasse )

Pour ce matin impur, inéluctable 

Et le sourire en coin je continue toujours sans y croire.

La nécessité du devoir faux mais utile

Fait que la lumière me supportera

Un jour de plus, même sans nuit d'absolution et vagabonde 

Le bruit des gris de nuit fécondent les mots chancelants. 

Sans fautes, les oiseaux savent habiter les interstices étonnants  des espaces

Et me rappeler à la modestie de mes mots éclopés 

La fin se fait lourde en ce matin spermé de lumière laiteuse

Les éclats se rient encore de mon ignorance que jamais je ne saurai grimer .   

 

 

                                                                                 *****

J'attends que la nuit panse les silences 

Qu'elle polisse le jour et emmure ce qui grince

Que la mémoire flanchée dirige les éclats blancs désolés 

Au seuil des dents ouvertes

                                                                                 *****

 

 

Je ferme la fenêtre pour guetter du silence et panser les trilles neuronaux 

Minutes de minuit à heures du crépuscule, les temps féroces se ressemblent et languissent au suicide heureux 

Ooooh, rythme de sages syllabes de langues ancestrales, langue fourchue échouée court aux ports gris des gorges sourdes

Retour amputé aux notes aléatoires, preu langage jacté aux coins pulsés , sans élégance mais à l'impact flagrant 

Je ris hystérique quand les mots par jeu s'ancrent en vérités incontournables 

Quand le matin écrase en bulldozer la délicatesse des fines nuits si richement bruissantes

En papiers fragiles et calques déchirés au froid patent

Je cours aveugle tout le long du jour et désire le froid muet, glaçant, du soir à l'aube bleui . 

                                                                                      *****

Le soleil a retiré tous ses morceaux 

De tous les pores du mur.

Le respir du soir s'allège 

Et le temps n'a de cesse de creuser les grimaces.

Capilotade de tête perdue et pensées  fractales .

Le mal du bien et autres biens du mal 

Chapeautent hilarants les boues archétypales

Ni homme ni boue, raison pendue sans procès .

Dieu sourd-muet comme au premier jour

Ou dernier ?  

Ici, le mal s'affiche transparent 

Et l'âme est blessée au plus profond

                                                                                  *****

 

 

 

Je regarde d'une oreille toutes ces gouttes qui se cognent aux quincailleries enserrant la maison

Le cerveau en fouille et verte joie 

Des boules de paroles sans translation

 

Encore les oiseaux jetant leurs trilles dans les mares d'air autour

Encore la pluie morne débarbouillant les murs et les carcasses 

Encore les peaux déchirées du matin résigné en coin

 

 

Enfin le jour en majesté floue et mélanges humbles

Quand le silence furtif se couche sur le levant, les yeux écoutent le gris du ciel 

Et l'iris se rétracte pudiquement pour couvrir la nuit de coquilles du rêve 

                                                                                                 *****

Visages qui suent le désarroi

Sépulcres en puissance

De fayoums fanés 

Court matin en attente 

Nuit fatiguée

Et relents de raison

Zygomatiques en boule .

L'attente du mot de grâce, 

Pas toujours celui qu'on attend. 

Musique accordée au pas vivant 

Rancune contre la mort couarde.

Me réveiller dans un champ,

Entendre les coquelicots rougir,

L'herbe rire de mes déchéances de nuit.

Pluie enfin. 

De couches de boues en verts accidentés

L'immonde gras du jour

Intime son nom

                                                                    *****

 

 

Détrangler les mots

Et la gorge lexivore

Déployer l'imposture 

Et ses rires faméliques 

Habiter la nuit comme le temps d'une chambre  à l'air exorbité 

Laisser les heures découper 

Les sommités fleuries des rêves déménagés sous d'autres froncements gris.

 

Les vents par la fenêtre inventés.

 

Les mots de la rue balbutiante 

Toujours ainsi  surpris.

 

La colère se ronge  d'hommes en dents grincées

Quelle issue à l'âme aveugle et sèche ? 

Quelle violence propre sur soi 

Va éructer sur  l'autre son pus nauséabond ?

Quelle indicible vérité nous voue à la hache de la haine? 

 

Le verbe en faîte ne se sait plus

Juste , 

Juste une figure de verbe perdu .

                                                                                  *****

La vie écrête le temps

Et on se retrouve dans la même coquille d'enfant perdu qu'on a toujours été 

La vérité du blanc sans répit, de la nuit évanouie sans mot vaillant

Sous les paupières pendues.

Grimace insensible sur clous rouillés .

En masque ostentatoire ,

On répète le jour anonyme 

Qu'on espère commun ;

On répète l'oubli , la mélasse 

La boue basse qui noircit  le soir mince entre jour sans fin et nuit sans début, fin annoncée , sourire de lèvres plissées, inutile et sauveur.

Une fois le corps punaisé en portraits abscons, on peut délirer un peu sur la vie

In/utile mi/mi

Le corps lent ligoté aux respirs et autres devoirs in/utiles

Aux sarcasmes de la langue péremptoire mais pas aussi vrais que les silences de nuit lourds,

Maternés en giron sourd et au sourire avare. 

Point , signe d'orthographe certain qui force la tête à arrêter ses errances.

Point sans obligation de ligne, point rond repu de mots et jamais prêt à assumer sa fin intrinsèque. 

 

 

                                                                                  *****

 

 

 

 

Du coin d'un oeil transparent 

Je regarde fondre l'épaisseur de la nuit

Le vent mord encore le silence des tuiles 

Au bout de son souffle, des musiques s'empilent 

Sans effet de mémoire 

La gorge contrite aux muscles aguerris  grince sans silences

Le whisky descend jusqu'aux semelles de chacune de mes cellules 

Pour donner un peu de fatigue au chaos

                                                                                  *****

Le tonnerre dérape soudain 

Le long de la nuit vide

En un éclat cocu , le matin en puissance.

Toujours un mot à écrire à travers les troubles des peaux perdues

A travers les vies éventées au ralenti lourd.

L'insulte ne sépare pas de la mort retrouvée, toutes griffes dehors

Sorcières en beauté . 

Je voulais aimer, mais le gâteau était vraiment à la cerise pourrie 

Festin diplômé à la pomme survoltée, ricanements ridés

Et on ne sait pas ce que ça fait;

Je n’ai pas pu me tuer

Et je suis née, les rides de travers

Les rires vierges au grand écart d'orgie vomie.

Le matin gris, peu habillé de bonnes choses , ou vraies choses effacées à moitié sur la route moite

On ne se signe plus main en croix aidant

On se signe au ralenti douleur sincère 

"Ma puce, comme c'est joli" mais la splendeur personnelle tend les muscles et les dents 

Sans parole qui aide l'aigle enragé 

Je vole, rêve fabuleux 

Sous les cheveux fatigués , mi-clos

Se rêve une trêve mordue et froide 

À chaque fois que je me noie les mensonges crient sur leur balai

Le concept du matin premier prend le large, l'imminence  exquise a les dents longues mais fond bien avant de cajoler le mot accumulé 

Noir velours et voyage éructé 

Symétrie cocasse 

La gentillesse, cocarde ringarde qu'on jalouse en silence , tourne autour de moi et se marie pas loin

Mais je la rattrape et lui jure amour et enfer

Brume bienveillante , point érudit.

La fin du carnet , feu follet d'encre et souffre 

Le regard endormi dans la masse.

                                                                                  *****

J'aime regarder la peau 

Linceul pourri entre soi et le monde

L'imaginer capable d'ensacher un moi en  déflagration continue

Gonflée de gratitude à la main bienveillante qui saura l’apaiser au coeur de l'hiver noir,

Ses étoiles éclatées en dedans

                                                                                  *****

Pouvoir franchir les secondes

Sans que l'angoisse si sourdement  les alourdisse 

Pouvoir encore avaler la salive 

Sans que l’algie tétanise toutes les tripes en une constante déchirure 

Fredonner un Vivaldi mystique 

En espérant guider ses pas vers quelque part

Ailleurs que dans la douleur  

Se dire, une fois encore, qu'au pire

On s'assassinera au matin  .

Éternelle question : comment font-ils pour arriver à vivre ?

Après un demi siècle de débats flatteurs et pensées fragiles, nulle réponse ne vient s'accoucher au bord des mots possibles. 

                                                                                 *****

Laisser la main, 

laisser la main décrotter le papier

De son blanc nauséeux, 

laisser la main et l'aimer faire envers et endroits 

de peaux et de chairs 

Tout en délicatesse et déliquescence, la nausée fraîche

Arracher quelques signes aux silences des errances.

                                                                                  *****